L’AMDEC Processus : anticipez les risques liés à la mise en place de vos processus

BPMN la norme mondialement connue pour la modélisation des processus

L’AMDEC Processus : anticipez les risques liés à la mise en place de vos processus

Comme nous l’avons vu dans LinkCarto, il est possible de modéliser et d’appliquer des processus dans les métiers des différents services de votre entreprise. Pourtant, malgré le temps passé sur la conception pour aboutir à des processus efficaces pour vos équipes, il arrive que certains d’entre eux comportent des risques pouvant avoir des impacts non négligeables sur votre production, voire générer des incidents.

C’est pour cela que la méthode AMDEC est intéressante : l’idée est de regrouper différents acteurs autour d’un processus pour anticiper les risques et réduire leurs apparitions sur le terrain. Cette méthode est à privilégier pour anticiper la survenue des incidents. Le meilleur moment pour sa mise en œuvre se situe à la conception du processus ou à la qualification d’un processus sur un nouveau produit.

Comment employer cette méthode ? Plusieurs étapes sont à suivre pour arriver à concevoir un processus digne de confiance :

  • Dans LinkCarto, décrire le processus grâce au module de modélisation de processus et à sa génération PDF. Ce document va permettre d’avoir un détail assez avancé pour comprendre le processus, ses différentes étapes et les points sensibles pouvant générer des incidents.
  • Regrouper une équipe avec 5 acteurs complémentaires : un animateur neutre (connaissant la méthode AMDEC et pouvant animer le reste du groupe), le pilote du processus (qui maîtrise le processus et pourra déceler les zones sensibles), les responsables de la production et de la qualité (qui pourront estimer les mesures prises pour contrer les risques et les impacts que ces nouvelles mesures pourront avoir sur le reste de la production) et enfin un opérateur de production (qui connaît l’application directe du processus sur terrain).
  • Lister les non-conformités potentielles pouvant être générées sur le produit par le processus à chaque étape (d’où l’utilisation du rapport PDF généré par LinkCarto, vous faisant gagner du temps tout en restant précis), les conséquences pour le client, les causes de ces non-conformités et enfin les moyens prévus de détection si elles apparaissent.
  • Noter arbitrairement pour chacune de ces non-conformités, sur une échelle de 0 à 10, la gravité (notée G), la probabilité d’apparition ou occurrence (notée O) et le risque de non-détection (noté D). La criticité générale de cette non-conformité, notée C, est le calcul suivant : C = G x O x D.
  • Ecrire les actions à mettre en œuvre pour diminuer cette note de criticité, en cherchant à agir sur les causes, mettre en place plus de contrôles, etc…
  • Valider les nouvelles mesures prévues et calculer le nouveau taux de criticité C’ à partir des nouveaux indications G’, O’ et D’.
  • Appliquer les mesures et vérifier que le processus reste sous contrôle dans la période qui suit le démarrage du nouveau processus modifié par la méthode AMDEC

L’objectif final est d’arriver à faire descendre l’indice de criticité C en dessous du nombre 100, qui, s’il le dépasse, trahit une faiblesse du processus sur le traitement de l’apparition de risques, que ce soit au niveau des causes ou des méthodes de surveillances autour du flux.

L’implication d’une équipe autour du processus permet plusieurs choses, à savoir la collaboration des différentes équipes articulées autour d’un même processus mais qui évoluent à différentes échelles, mais aussi l’appropriation du processus par tous pour une meilleure application et donc une réduction de la présence de risques à l’avenir.

Il est bon de noter que cette méthode est à privilégier sur des productions à risques (financiers, industriels, humains, etc…). Il faut cependant éviter de faire durer l’application de cette méthode sur une période de temps trop longue, au risque de démobiliser l’équipe responsable, et utiliser les fonctionnalités de LinkCarto (génération de rapport PDF du processus, aperçu des propriétés personnalisées de chaque étape, partage de documents, gestion des réglementations, etc…) afin d’avoir une approche complète du processus.

Ici en exemple un tableau AMDEC d’un processus d’assemblage d’un véhicule, avec le tableau récapitulatif de l’étude des risques du engendrés par le flux. Ce même tableau est maintenant intégré dans LinkCarto, qui a toujours pour vocation d’être l’outil présent pour vous aider dans la conception et la mise en place de processus de qualité aux risques réduits :

Un exemple d’étape de processus revisité par la méthode AMDEC

 

Laisser un commentaire

Translate »